[Le Site] (de Valentin Villenave.)

Exercice 7

lundi 22 octobre 2007, par Valentin Villenave

( 411 mots.)

1 Voici l’exercice numéro 7, extrait des 51 exercices de Brahms. Il s’agit d’un exercice chromatique qui se joue sur trois octaves, avec les deux mains en parallèle.

2 JPEG

PDF - 102 ko
Exercice 7 - J. Brahms
Domaine public

3 Comme d’habitude, il faut commencer par le jouer très lentement (éventuellement mains séparées une première fois), en gardant les bras, les coudes et les épaules très détendus.

4 Il y a beaucoup de touches noires, ce qui est assez inhabituel. Ainsi, vous remarquerez que le pouce se retrouve très souvent sur les touches noires, alors que ce doigté est très moderne (il y a encore quarante ans, tous les professeurs interdisaient à leurs élèves de mettre le pouce sur une touche noire) !

5 Autre bizarrerie : vous remarquerez peut-être que les double-croches (avec deux barres de ligatures, je le rappelle) sont groupées cinq par cinq et non quatre par quatre comme il se doit. Pourquoi cela ? En fait, il s’agit de quintolets de double-croches : de même que le triolet permet d’avoir trois croches au lieu de deux, le quintolet permet d’avoir cinq doubles au lieu de quatre. Il faudrait donc indiquer un petit chiffre 5, avec un crochet, au-dessus ou en-dessous des notes. Ici, Brahms a choisi d’enlever le crochet, pour obtenir une partition plus simple et lisible.

6 La partition est très facile à mémoriser, puisque c’est toujours la même chose. Profitez-en pour prendre le temps de regarder vos mains, vérifier si les doigts ne sont pas à plat ou cassés... Au bout d’un moment, on peut aller plus vite et l’exercice devient très agréable à faire.

P.-S.

Cet exercice ressemble comme deux gouttes d’eau au premier exercice d’une méthode ancienne et peu connue de Carl Tausig. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence mais je pense que non, car Tausig a vécu à l’époque où Brahms était déjà un pianiste reconnu, ce qui m’amène à penser que c’est plutôt lui qui s’est inspiré de la technique de Brahms.

En tout cas, il y a une différence notable chez Tausig : les quintolets ne commencent pas par la note du haut mais par celle du bas, le doigté donnant 12345 12345 12345 (avec appui sur le pouce) plutôt que 51234 51234 51234 chez Brahms (avec appui sur le 5). Laquelle de ces deux versions préférez-vous ? Quels sont les avantages de l’une ou de l’autre ? À vous de voir...


Répondre à cet article

© et Copyleft Valentin Villenave, 2006-2017. Double licence CC by-sa et Art Libre, sauf mention contraire. | Suivre la vie du site RSS 2.0
total-conversion
total-conversion
total-conversion
total-conversion
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...